PMC has pasted the text of this article here. See original post in Le Nouvelliste.

By Chancy Victorin

Un feuilleton dans la lignée « Woy les voilà »
Le feuilleton Zoukoutap est créé selon la méthodologie Sabido, nous apprend l’humoriste Christina Guérin. Cette méthodologie a pour essence, selon elle, de concilier divertissement et éducation dans des œuvres théâtrales ou connexes. La règle c’est de doser l’œuvre à 70 % de divertissement et 30 % d’éducation.

Zoukoutap, en effet, est conçu pour faire rire mais aussi méditer. Le feuilleton se range dans la lignée du travail que menait Mona Guérin, feu Mère Christina à travers « Woy les voilà » dans les années 80. Dans un pays imaginaire baptisé « Manik » interagissent des personnages tiraillés entre le bien et le mal. Il y a d’abord Tida, une restavèk bien campée par l’actrice Séphora Kersaint âgée seulement de 12 ans dans la vraie vie. Ensuite Fanfan (Valdano Louis), un jeune mari qui tient absolument à avoir un fils en dépit du fait que sa femme porte déjà le poids d’élever trois filles. Il y aussi Jerry (Pinas Alcéra), sorte de ¨mawozo¨ qui s’accommode petit à petit à Estèle (Marie Brunette Mainsour), une ¨brasèz¨ devant l’Eternel.

Le propre de la pièce se résume à dénoncer l’absence de contrôle des naissances, l’esclavage des enfants, la prostitution déguisée. Le choix de Magik 9, en plus de Radio One et Radio Nationale, est justement fait dans l’optique d’atteindre le plus d’auditeurs possible et de réveiller leur conscience sur de telles réalités malheureusement occultées dans l’indifférence. Sur le 100.9 FM on peut écouter Zoukoutap (depuis le 15 septembre) le lundi, mercredi et vendredi à 2 h pm et une reprise des épisodes de la semaine le dimanche à partir de 2 h pm.

Selon un sondage du PMC (Population Media Center), le feuilleton atteint sa cible qui est de fidéliser les fans mais surtout de les sensibiliser. « Les gens s’identifient tellement à nos personnages que parfois via des messages qui nous sont parvenus, on apprend qu’ils ont pitié pour la restavèk, qu’ils ont peur pour le cocufié qui flirte avec le sida… », confie l’humoriste qui se targue quelque peu d’un fanbase établi. Le créole est la langue priorisée pour éviter, selon elle, la moindre forme d’exclusion.

Dans la cuisine de Zoukoutap
Le casting technique comprend quatre écrivains dont Caroline Louis, Sherley Hilaire, Jasmuel André, Raphaël Francillon. Pinas Alcera, comme coach d’acteurs, Michel Vallon comme ingénieur de son et Christina Guérin, productrice et superviseuse. Le quatuor d’écrivains se réunit deux fois mensuellement alors que 13 épisodes sont travaillés par mois. L’aventure équivaut à 78. Il y a trois scènes par épisode se déroulant chacune dans l’une des villes de Manik dont Dokon, Côte des îles (la capitale), Pointe Sucre. La règle infaillible des écrivains c’est de faire en sorte que la dernière scène de l’épisode précédente débute celle en cours. La réalisation du feuilleton Zoukoutap est rendue possible grâce à l’organisation non-gouvernementale Restavèk Freedom, PMC et la production Bloom.

Vers Zoukoutap 2
Comme c’est désormais la règle, l’équipe derrière Zoukoutap projette de lancer un atelier d’écriture en novembre en préparation au lancement de la deuxième période en avril 2015. Entretemps, un atelier du même genre mené par la compagnie américaine Gabriel Films tenu au cours de ce mois, en préparation à une telenovela de 30 épisodes. Christina Guérin sollicite ardemment le soutien des médias autant que des bailleurs de fonds pour pouvoir enclencher une révolution des métiers de l’art afin que ce dernier puisse enfin nourrir son homme en Haïti. Elle conseille à ceux qui sont intéressés à ces formations de la suivre sur les réseaux sociaux afin d’être à jour avec les promotions.


Current World Population

7,699,207,575

Net Growth During Your Visit

0

DonateNow